Comment le PB 86 fait de ses joueurs, des stars

Le Jour J Evan FournierLe club de basket de Poitiers est un nouveau venu dans le paysage du basket français. Cela fait à peine deux saisons que les pictaviens évoluent en Pro A. Créé en 2004, le PB 86 ne connaît le niveau professionnel que depuis la saison 2006-2007 (première saison en Pro B). Cette fraîcheur peut être handicapante en termes de communication, de médiatisation et de notoriété. Mais, le PB a profité en championnat de Nationale 1 et en Pro B de ses oppositions sportives avec le CSP Limoges, qui se sont transformées en quelques années en véritables derbys. Sans ce duel, le PB 86 ne serait peut-être pas le club qu’il est aujourd’hui et n’aurait peut-être pas la notoriété qui est la sienne.

Au-delà de ce coup de pouce du destin – le CSP Limoges a été rétrogradé en N1 pour causes financières – c’est au niveau de la communication qu’il faut chercher les recettes de ce succès moderne. Le club majeur du département de la Vienne poursuit, à ce niveau, une stratégie ambitieuse qui a pour but, comme nous le disait son président Alain Baudier, d’identifier le club dans le paysage du basket français et de le différencier de ses concurrents locaux et nationaux.

Identifier les joueurs auprès du grand public

Pour réussir à se démarquer là où les autres clubs de Pro A peinent à le faire, les dirigeants du Poitiers Basket 86 ont décidé d’opter pour une stratégie qui est parfois rejetée par de nombreux dirigeants, voire de nombreux coaches : valoriser les joueurs pour en faire des stars.

Conscients qu’ils ne pouvaient pas s’appuyer sur un patrimoine historique de club très important ou sur des valeurs et « légendes » déjà construites, les dirigeants ont misé sur les joueurs actuels pour devenir les symboles du club. Ce sont donc ceux qui doivent incarner les valeurs du club, construire son histoire et sa légende. Mais c’est aussi par eux que le club doit pouvoir passer ses messages, construire son image auprès du grand public et asseoir ses caractéristiques et différences.

L’image et Internet comme supports

Faire de ses joueurs des stars, c’est un objectif louable et plutôt censé. Mais il n’y a pas de recette miracle pour y parvenir. Si le basket français est autant anonyme dans le paysage médiatique français, c’est aussi parce que cette équation est difficile à résoudre. Comment construire des stars dans un sport qui est sous médiatisé ?

Au PB 86, on a parié sur l’image, la vidéo et Internet. Les joueurs se prêtent donc avec joie aux différentes séances photos qu’on leur propose pour créer, par exemple, une campagne de publicité avec le département de la Vienne intitulée « Les Géants de la Vienne« . Il sont également sollicités pour produire les images des nombreuses vidéos proposées par le PB sur sa chaîne officielle sur Dailymotion. On les voit aussi souvent dans les centres commerciaux de Poitiers pour des séances de dédicasses. Enfin, pour des projets spéciaux comme le « fake » produit en collaboration avec le Parc du Futuroscope, ce sont encore les joueurs qui sont mis à contribution et qui se retrouvent les principaux acteurs du projet.

 

Yann Devehat

Yann Devehat, ou l'exemple d'un joueur que le PB 86 a su construire médiatiquement.

 

Tous ces projets font aujourd’hui du Poitiers Basket 86 le club de basket français le plus performant en terme de communication. Les supporters des autres clubs se rendent souvent sur leur site pour y visionner leurs vidéos. Cela permet au club de se démarquer de ses concurrents, de se positionner sur la carte du basket français et de s’affirmer dans son bassin local, comme le souhaite le président Alain Baudier.

L’exemple Evan Fournier

La stratégie de communication du Poitiers Basket 86 ne s’arrête pas à la construction de sa propre histoire. En effet, le club n’utilise pas essentiellement les joueurs pour se construire auprès du grand public ou pour se différencier des autres équipes de basket. En démontrant ses capacités à faire de Cédric Gomez ou Yann Devehat (des joueurs qui seraient des inconnus dans d’autres équipes), des joueurs connus dans le basket français en les utilisant souvent dans les vidéos et campagnes de promotion du club, le PB 86 se positionne auprès des agents et des joueurs comme un club faisant office de tremplin médiatique.

La stratégie articulée autour du jeune Evan Fournier en est le meilleur exemple. Ce jeune potentiel du basket français a fait le choix de venir progresser sportivement à Poitiers. Ce choix a pu en surprendre plus d’un dans le monde fermé de la balle orange. On aurait pu s’attendre à ce que ce jeune ailier choisisse des formations telles que l’ASVEL, Cholet, Pau ou Le Mans, traditionnellement plus renommées pour le développement et la valorisation de leurs jeunes talents.

Evan Fournier a été une belle opportunité pour le PB 86. Le club est conscient que son salut en Pro A passe par sa capacité à attirer, d’année en année, les meilleurs jeunes français. Aujourd’hui, dans cette optique, le club d’Alain Baudier met tout en oeuvre pour mettre en valeur Evan qui a participé récemment à un rassemblement des meilleurs jeunes basketteurs du monde à Portland. Ce rendez-vous, le Hoop Summit est un passage privilégié pour les futurs basketteurs choisis par les franchises NBA. C’est d’ailleurs avec cet objectif en tête que Fournier s’est rendu à Portland, en plein milieu de saison, avec l’accord de son club. Mieux, alors qu’Evan allait manquer un match important pour son équipe (au Havre), le PB 86 a décidé d’envoyer à Portland une partie de l’équipe communication du club pour produire des images et réaliser un documentaire autour de l’aventure vécue par leur jeune prospect.

Le but est ainsi de promouvoir au mieux le garçon pour faire en sorte que son rêve de draft et de NBA se réalise. Et si c’est bien le cas, le PB 86 pourra se targuer d’avoir participé, à sa manière, au succès et à la réussite du jeune homme. Ce qui, à moyen terme, est une chose positive lorsque des négociations s’ouvrent avec des agents et des jeunes basketteurs français qui rêvent de NBA mais qui ont peur que le club de Pro A dans lequel ils vont jouer ne les aide pas à atteindre cet objectif et au contraire, leur mette des bâtons dans les roues.

Via le cas Evan Fournier, le PB 86 prouve qu’il peut construire des stars (au moins au niveau du basket français), valoriser des joueurs et accompagner les jeunes français dans leur désir de NBA. C’est positif pour le joueur, qui profite d’une communication qu’il n’aurait pas forcément ailleurs dans un autre club. Mais c’est aussi positif pour le PB 86, qui profite de l’image du joueur et de son projet pour se positionner auprès des futurs talents français, à commencer par ceux du Centre Fédéral. Ceux qui ont comme objectif de jouer en Pro A et d’aller en NBA dans les deux ou trois ans savent maintenant que du côté du PB 86, on les fait jouer et en plus, on les valorise d’un point de vue médiatique.

Une réflexion sur “Comment le PB 86 fait de ses joueurs, des stars

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s