Semaine des As 2011 à Pau : l’échec total.

La Semaine des As 2011 de Pau s’est conclue dimanche soir avec la belle victoire du BCM Gravelines Dunkerque face à l’Elan Chalon. Une magnifique finale remportée par une très belle équipe nordiste qui a mérité son titre au vu des quatre jours de compétition. Sportivement cette neuvième édition de la Semaine des As, compétition relancée en 2003 par la Ligue Nationale de Basket-ball, aura tenu toutes ses promesses. Matchs serrés, surprises, retournements de situation, suspense… Tous les ingrédients du basket étaient réunis pour que cette fête du basket professionnel soit une réussite totale.

La Semaine des Nazes !*

Oui mais voilà, aujourd’hui, fans, journalistes et professionnels du basket s’accordent à dire que l’édition 2011 de la SDA est la plus triste, voire la plus mauvaise depuis 2003. Quelles sont les raisons de ce constat qui fait froid dans le dos ?

Un échec populaire.

Tout d’abord, les chiffres sont cruels.  Avec seulement 11700 spectateurs sur 4 jours, la SDA 2011 affiche l’affluence la plus faible depuis sa création. La moyenne de spectateurs par journée est également la plus faible depuis 2003 avec un pauvre chiffre de 2925 personnes venues moucheter les tribunes du Palais des Sports de Pau. Là où le bât blesse, c’est que la première édition en 2003 avait également eu lieu à Pau. La comparaison est donc facile et parlante. En 9 ans, dans la même salle et pour la même compétition, la LNB a perdu près de 5500 spectateurs sur 4 jours et en moyenne, 1300 fans par journée. (Voir les chiffres des différentes éditions + le graphique)


Ce désaveu du public palois prouve, si besoin est, le manque d’intérêt des français pour la SDA, pour peu qu’on ne mette pas en place une promotion suffisante et des animations attractives afin de capter un public familiale et non plus les seuls irréductibles amoureux de la balle orange. Et pourtant, Pau est considérée à juste titre comme une ville « basket ». Les 8800 spectateurs présents une semaine plus tôt pour le classico Pau / Limoges en sont la preuve. A l’heure où l’on en appelle aux politiques pour construire des salles multi-fonctions de plus de 10000 places (dont le basket a d’ailleurs besoin), il serait de bon ton de faire du ticketing, la priorité de ces évènements.

Les questions : une politique de ticketing a-t-elle été mise en place en amont ? A-t-on pris le temps de contacter les comités départementaux et régionaux pour mobiliser les licenciés. A-t-on tenté de déplacer les journées de championnats amateurs du coin ? A-t-on proposé des tarifs spéciaux aux abonnés de Pau-Lacq-Orthez ? A-t-on tenté de mettre en place des offres de relations publiques pour les entreprises locales ? A-t-on simplement commercialisé l’évènement ? etc…

Un échec médiatique.

Ce désastre populaire a de fâcheuses conséquences sur le « pouvoir de séduction » de la LNB. Une salle vide doublée d’une ambiance morose, il n’en faut pas plus pour que le basket français et son évènement de mi-saison passent à la trappe lorsque que les médias nationaux relatent les évènements sportifs du week-end. C’est bien là le plus gros problème. En ne faisant rien en amont pour remplir le Palais des Sports de Pau, les organisateurs ont transformé la Semaine des As en un non évènement. Il est alors logique que les médias nationaux (tv, radios et presse écrite) ne relaient pas ou peu la victoire du BCM dans le sud. Vous me direz que de toute façon, les grands médias ne s’intéressent jamais à notre sport. C’est vrai et on comprend mieux pourquoi. Comment les blâmer ? Est-ce à eux de faire l’effort ? ou à nous de leur montrer qu’il y a un intérêt populaire ? De mémoire, je crois que Jean-Denis Choulet est passé au JT de TF1 pour le All Star Game français non ? Soyons honnêtes, la Semaine des As 2011 ne méritait aucune couverture médiatique mise à part celle de la presse spécialisée (et encore).

La question : peut-on crier au scandale lorsque Stade 2 ne passe aucune image de basket français ?

Un échec financier.

Echec populaire (CA billetterie mince comme une feuille de cigarette) + échec médiatique = échec financier. Le raccourci est rapide mais bon… Sans public, sans couverture médiatique au niveau national, il est bien compliqué d’intéresser des partenaires financiers, des sponsors sur le long terme. Si le basket français, par son travail marketing, réussissait à se démarquer de ses concurrents et arrivait à faire sans ces médias, cela ne poserait pas de problème. Malheureusement, aujourd’hui, la LNB, la Pro A et la Pro B n’ont rien de bien sexy à proposer. Du coup, aucun sponsor ne s’est associé à la SDA. Pourtant, on aurait pu trouver une marque automobile par exemple. Les abords du Palais des Sports de Pau laissent beaucoup de place pour des « showroom » extérieurs. Cela aurait également pu être l’occasion pour les concessionnaires locaux d’organiser des jeux concours auprès de leurs clients pour faire gagner des places (et faire la promo de l’évènement par la même occasion) ou même d’inviter leurs prospects lors des 4 jours au village VIP. Il aurait pu être judicieux également de se rapprocher du Conseil Général ou du Conseil Régional pour mettre en place un village de commerçants locaux afin de présenter les produits du terroir. C’est un peu franchouillard et provinciale mais la compétition se prête bien à ce genre de mini-salon. En effet, ne suppose-t-on pas au départ que les supporters des 7 autres clubs qualifiés vont faire le déplacement pour soutenir leurs ouailles ? Pour l’anecdote, on nous a présenté le nouveau sponsor de la LNB, la société Atalian, lors d’une mi-temps (je ne me souviens plus quel jour) mais on a oublié de nous expliquer son activité, son domaine de compétence, son rayonnement et les objectifs de son engagement auprès du basket français. C’est dommage.

La question : quel est le budget de la Semaine des AS ? Quel est son chiffre d’affaire ? A combien s’élève la participation de la ville de Pau ?

Un échec en termes d’organisation et d’animation.

La société Bygmalion**, en charge de l’organisation de la SDA depuis deux saisons est-elle à la hauteur ? D’après mes sources, les relations entre cette société et le club de l’ASVEL pour l’organisation de la SDA 2010 ont été plus que houleuses. Dans le milieu basket, certains n’hésitent pas à dire que cette société n’est pas compétente pour ce genre d’évènement. D’ordinaire, Bygmalion travaille avec les milieux politiques et d’après ce qui se dit, avec l’UMP. Sur leur site Internet, aucune trace de compétence en production et organisation d’évènements. Par contre, vous apprécierez à leur juste valeur les descriptions qu’ils proposent dans leurs différentes rubriques : Conseil, Image, Média…

Pour la SDA de Pau, cette société n’a fait aucun effort. Le Palais des Sports de Pau n’a pas été décoré aux couleurs de l’évènement. Mis à part le parquet et 8 petites bannières perdues au plafond, visuellement, rien ne laissait penser qu’on était sur une compétition LNB. Les logos du club local de Pau étaient ainsi les plus visibles ce qui n’est pas normal sur une compétition où le terrain est censé être neutre et où Pau a joué officiellement un match à l’extérieur face à Gravelines en demi-finale. Comparé aux éditions précédentes, des grosses économies ont été faites à ce niveau. Pourtant, lorsqu’un spectateur vient sur cet évènement, l’univers visuel qu’on lui propose doit le plonger dans quelque chose de nouveau, de différent et d’identifiable. Pas de déco donc et pas d’animation pour rattraper cela. Si les équipes de la société Xtreme Prod ont fait leur possible pour bouger les quelques spectateurs présents en lançant des tee-shirts dans les tribunes et si les pulpeuses danseuses du Barça (certains diront qu’on nous a envoyé l’équipe B voire C…) se sont déhanchées autant qu’elles pouvaient pour envoûter les VIP et autres fans pendues à leurs courbes généreuses, les animations auront été dans l’ensemble peu nombreuses et bien pauvres. Car tenez-vous bien, Xtreme Prod et les pompoms étaient les deux seules animations proposées durant les 4 jours ! Passons sur le flop total des mascottes qui, d’après les organisateurs, étaient jouées par des acteurs professionnels ! La prochaine fois, il serait bon d’effectuer un casting, on ne s’improvise pas mascotte du jour au lendemain, cela demande du travail et du coup, de l’investissement dans les cachets d’artistes. Bref, tout ça pour dire qu’on a souvent eu envie de s’endormir.

Une comparaison cruelle avec le All Star Game.

Même si la comparaison n’a aucun sens (pas le même évènement, pas le même spectacle, pas le même budget, pas la même boite de prod…), elle ne manquera pas d’être faite dans la tête des fans. Pour le spectateur lambda, All Star Game et SDA sont deux évènements organisés par la LNB. Et là où le All Star est une vraie réussite à tous les niveaux, la SDA est un échec cuisant. Paradoxalement, le All Star Game n’est pas organisé par la LNB. C’est Nike qui en a l’entière délégation. La LNB demande simplement que les aspects sportifs soient respectés. Nike et Sport Plus Conseil sont donc les seuls garants de la bonne tenue de cette grande messe dont les retombées sont plus que positives pour notre sport (Bercy plein à craquer tous les ans, des images dans les JT, un show qui séduit tous les publics…). Simplement, le All Star Game ne se vend pas tout seul. Les organisateurs travaillent en amont pour assurer le remplissage de la salle qui est le principal objectif. Et le résultat est là.

La LNB doit taper du point sur la table.

L’échec total de cette neuvième édition de la Semaine des As et l’écart qu’il existe avec le spectacle et la qualité d’organisation et d’animation proposée lors du All Star Game doivent faire prendre conscience aux dirigeants de la LNB qu’il est temps de taper du point sur la table. Notre président Jean-Luc Desfoux ne peut pas se permettre de dire que si le public n’est pas venu à la SDA, c’est parce qu’il avait déjà eu un match Pau-Limoges une semaine plutôt. Il faut être pro-actif. Dans l’esprit des fans et du grand public, la Semaine des As est organisée par la LNB. L’échec retombera donc sur les épaules de la ligue et non sur celles de la société Bygmalion. Si rien ne bouge, on n’aura pas fini d’entendre ici ou là que les dirigeants du basket français sont les « professionnels de l’amateurisme ».

*d’après le titre de l’article paru dans La République des Pyrénées

**La société Bygmalion a répondu à un appel d’offre de la LNB il y a deux ans. Dans un premier temps, cette société avait promis d’amener 500 000 € par saison à la LNB. D’après nos informations, cela n’a jamais été réalisé. Par la suite, l’organisation de la Semaine des As leur a été proposée. C’est ainsi que Bygmalion a débuté l’aventure Semaine des As l’an dernier avec l’ASVEL. Notons qu’en plus de la Semaine des As, la société Bygmalion produit pour la LNB les finales des championnats de France Pro A et Pro B à Bercy.

Bookmark and Share

8 réflexions sur “Semaine des As 2011 à Pau : l’échec total.

  1. Excellent bilan. Tout est résumé.

    Le plus triste dans cette affaire, c’est que les équipes ont joué le jeu, les joueurs n’ont pas triché et ont globalement proposé un beau spectacle. Mais pour qui ? L’ambiance à Pau était au mieux morose, parfois lugubre, avec cette sale impression d’assister à un tournoi d’avant saison sans enjeu. Quelle tristesse !

    La socièté organisatrice est affiliée à l’UMP, parti de feu Mr Le Goff, lui qui avait préféré stopper la collaboration avec Sport + conseil (qui faisait jusque-là du bon boulot) pour confier l’évènement à ses amis de droite. On voit le résultat, pathétique.

    Mais il serait trop facile de jeter uniquement la pierre à cette socièté d’imposteurs qu’est Bygmmalion. La responsabilité de ce fiasco revient en priorité à la LNB, son président actuel, et tous les gens autour de lui chez qui l’immobilisme et la couardise sont une seconde nature. Personne n’est venu à la SDA parce qu’une semaine avant, il y avait Pau-Limoges ? Vraiment ? J’ai des hallucinations ou on se fout de notre gueule ?

    Ils ont réussi à bousiller la SDA, reste plus qu’à flinguer le All-Star Game (pourquoi ne pas le confier à Bygmalion ?) et le basket français, dans sa grande reculade, aura complètement disparu du paysage sportif.

    Et encore merci de ton boulot, de salut public dans le contexte actuel de notre sport.

  2. je confirma car present 4 jours ,animation un petit 2/20 juste pour les miss de Barcelonne sinon le reste à dormir debout ,les places cheres pour le first anneau,pas de demi tarif pour les jeunes!!!!
    triste triste

  3. Incompetent Ideepole je confirme et je sais de quoi je parle.
    le marketing sportif ?personne ne sais ce que c’est
    une politique de tarifs dynamique pour remplir une salle ,ils ne peuvent pas connaitre .Mettre en place des animations,pour seduire le public de la discipline c’est du charabia.
    des dirigeants issus des cabinets politiques ,qui ont deja du mal avec la gestion de l’entreprise 700 000€ de pertes la 1ére annee d’exploitation pas mal !!
    Le vengeur masqué

  4. […] La LNB cherche à améliorer son succès sur le plan économique en donnant plus d’envergure à cet événement annuel majeur dans le basket-ball français. Il y aura probablement plus de spectateurs que lors des dernières éditions de la semaine des as… Rappelez-vous : en 2011 à Pau, la SDA avait cumulé seulement 11700 spectateurs sur 4 jours, soit l’affluence la plus faible depuis sa création en 2003: ce fut un échec médiatique, populaire et financier (voir à ce sujet AdVitam BasketBall). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s