LNB : Les arbitres se fâchent ! Risque d’annulation des matchs de Pro A et Pro B…

Arbitre de Pro A Basket - conflit LNBIl semble que les arbitres français de Pro a et de de Pro B soient décidés à prendre en otage les compétitions sous égide LNB. Se dirige-t-on vers un « lock out » du basket français ?

C’est en tous cas ce que l’on peut craindre. En effet, par la voix de leurs représentants, les arbitres de Pro A et de Pro B ont adressé une lettre ainsi qu’un e-mail à la Fédération Française de Basket et à son président Yvan Mainini. Le contenu de ces deux documents à de quoi laisser perplexe. Les arbitres demandent en effet une revalorisation de leurs indemnités de rencontre.

Grève des arbitres de Pro A et de Pro B à partir du 11 novembre ?

Jusque là rien de bien méchant me direz-vous. Dans ces deux documents, les arbitres présentent les montants « souhaités »; soit 850€ pour un match de saison régulière de Pro A (au lieu de 525€), 1000€ pour un match de Play-Offs Pro A, 550€ pour un match de saison régulière de Pro B (au lieu de 375€) et 800€ pour un match de Play-Offs Pro B. En complément d’information, ils « exigent » qu’une proposition leur soit adressée avant le vendredi 5 novembre 2010 et que les dispositions soient appliquées avant le 1er janvier 2011. Et ils précisent qu’ « au soir du 10 novembre 2010, à défaut d’avoir trouvé un accord, [la FFBB sera] informée de [la] cessation d’acticité sur les divisions ProA et ProB à compter du 11 novembre 2010 jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé ».

On le voit les mots et les termes employés ne prêtent pas à confusion et démontrent une détermination de la part du corps arbitral du basket français. Vu l’ultimatum lancé par les hommes en gris et les menaces lourdes qu’ils font peser sur les championnats de France ProA et ProB, il semble que ce problème ne soit pas récent.

Doit-on envisager la professionnalisation des arbitres ?

Sans prendre position pour un bord ou l’autre, je m’interroge personnellement sur deux points. Cet épisode, qui peut être dramatique pour notre sport déjà peu médiatisé, doit-il remettre sur le tapis la question de la professionnalisation des arbitres ? Souvent décriés par bon nombre de coachs de Pro A qui sont toujours plus enclins à rejeter la faute sur les referees plutôt que d’assumer leurs propres erreurs, les arbitres ont une position centrale dans notre sport professionnel, souvent en première ligne quand il s’agit d’essuyer les critiques, mais sont pourtant les seuls acteurs principaux de ce beau spectacle à ne pas être professionnels (ils sont simplement indemnisés). Peut-on se permettre de laisser des « amateurs » arbitrer des professionnels et être les garants du tempo et du spectacle proposés sur le terrain ? La LNB ne doit-elle pas se pencher sur cette affaire et envisager de professionnaliser ses arbitres, leur organisation, leur fonctionnement, leur formation, leur évaluation et leur relation avec les coachs ? A contrario, on peut également se poser la question suivante : sur quels critères les arbitres français demandent-ils cette revalorisation de leurs indemnités ? Alignement sur leurs collègues européens ? Niveau de l’arbitrage français en hausse sur le plan national et sur le plan continental ? Ou simple caprice ?

Nouvelle preuve d’un basket français où chacun tire la couverture vers lui…

Après la « simili grève » des coachs lors de la pré-saison, la LNB se trouve confronté à un nouveau problème. Mais, contrairement au premier, l’épreuve de force imposée ici semble disproportionnée et surtout la sortie de conflit semble trop stricte pour que des négociations se fassent dans un cadre serein. Plus inquiétant, cela prouve une nouvelle fois que le basket français souffre de ces guerres intestines qui parasitent son développement, à tous les niveaux. Le jour où les différents acteurs de Pro A et Pro B (joueurs, coachs, dirigeants, élus LNB, arbitres…) comprendront que notre sport a besoin d’un consensus commun et que c’est ensemble que nous pourrons nous hisser au niveau des meilleures ligues européennes, nous aurons accomplis le plus bel effort du basket français depuis de nombreuses décennies. N’oublions pas que si les clubs sont adversaires le week-end sur les terrains, ils doivent être partenaires le reste de la semaine. La position des arbitres doit également aller dans ce sens. Le ton employé,par les représentants des arbitres me parait donc très mal adapté à une négociation entre partenaires. On sent plutôt que la guerre est déclarée entre deux adversaires. Dans ces conditions, pas sûr que le basket français en sorte grandi.

Pour information : les couts d’arbitrage sont aujourd’hui financés par la LNB grâce aux frais d’engagement demandés aux clubs de Pro A (13000€) et Pro B (4500€).

11 réflexions sur “LNB : Les arbitres se fâchent ! Risque d’annulation des matchs de Pro A et Pro B…

  1. Il ne manque qu’un détail qui permettrait de mieux comprendre:

    La fiscalité liée aux indemnités d’arbitrage, et les bourdes commises par la FFBB en ce sens…

    Quitte à être objectif, autant donner toutes les infos.

    Quand au commentaire sur les entraineurs pros, il est facile et un tantinet démago…

    • Merci d’avoir complétée l’info.
      Pour les coachs, mon commentaire était volontairement provocateur car je trouve que nos amis les arbitres ont le dos large (et sans vouloir les défendre – je trouve d’ailleurs que parfois, ils gagneraient à dire après coup qu’ils se sont trompés mais qu’à vitesse réelle, leur appréciation était autre). De plus, je trouve qu’il est assez mauvais pour l’image d’un club ou d’un coach d’insister souvent sur cet aspect « fautes d’arbitrages ». C’est à mon sens contre-productif et ravive trop souvent l’idée du « complot » de la LNB et de la FFBB qui feraient en sorte de favoriser les clubs riches ou les clubs des grosses villes au détriment des clubs « pauvres » ou des petites villes.

  2. L’idée d’une professionnalisation des refs irait dans ce sens.

    Ils exercent actuellement sous un statut fiscal de « travailleur indépendant » en LNB, donc environ 50% de l’indemnité par au tésor public. De plus, pour l’anecdote, il faut savoir que la FFBB est un peu coincée, pour de vagues erreurs de fiches de paie. Du grand art.

    Merci pour les précisions concernant les propos sur les coaches.

  3. Bonjour,

    Deux choses :
    – je ne suis pas dans le « secret des dieux », mais j’imagine que si les arbitres prennent un tel ton, c’est qu’ils ont du se faire rouler dans la farine une ou deux fois et qu’ils commencent à manquer de patience, surtout que, comme le fait remarquer DS, les indemnités perçues, ça ne fait quand même pas bien lourd pour une tâche pas évidente à assumer.

    – la tournure de la première phrase (« Il semble que les arbitres français de Pro a et de de Pro B soient décidés à prendre en otage ») me gêne énormément. J’ai l’impression de lire un communiqué du gouvernement parlant des grévistes actuels. Or, non, un gréviste ne prend pas « en otage » qui que ce soit, il exerce simplement un droit qui est reconnu par la loi et la Constitution de notre pays. Au contraire de la prise d’otages qui, elle, est sévèrement réprimée. Et si une grève cause une gêne – annulation de matchs de basket, par exemple – c’est le but puisque, malheureusement, si elle ne le fait pas, aucune négociation n’aboutit. En bref, dire « prendre en otage », c’est en quelque sorte dénier à ceux qui l’exercent leur droit de grève.

    Ce qui n’empêche, Nicolas, votre blog d’être fort intéressant, je suis râleur de nature…

    • Râleur OscarAbine ? Mon Dieu jamais. D’autant plus que je suis entièrement d’accord avec vos deux remarques. Comme vous, je n’ai malheureusement pas l’historique des relations et demandes des arbitres entre les mains. j’ai seulement la dernière, celle qui est la plus corsée de toute évidence. Mais comme vous, je me doute bien que si les hommes en gris en arrivent là, c’est bien que la FFBB et (peut-être) la LNB ont fait sourde oreille à leurs demandes jusqu’ici.
      En ce qui concerne les termes « prendre en otage », je suis également de votre avis. Ils sont forts et très certainement exagérés. Simplement, ils ne sont pas complètement de moi mais émanent plus d’un document interne à l’UCPB (Union des Clubs Professionnels de Basket). L’UCPB semble assez remontée contre cette fronde des arbitres. Sans les blâmer, on peut aussi les comprendre car c’est leur activité qui est en jeu. Ils insistent beaucoup sur le côté « directif » de la demande des arbitres qui, il est vrai, ne laisse plus de place à la négociation. Et je crois que c’est de ce point que découle les termes « prendre en otage ». Les deux parties les plus virulentes sont donc, d’un côté, les arbitres, et de l’autre, les clubs. Soit, les deux parties qui n’ont aucun pouvoir de décision dans cette affaire car après tout, c’est plus de la FFBB ou de la LNB que l’on souhaiterait entendre une réaction.

  4. Nicolas, je suis d’accord avec vous. Et, ce qui me frappe dans votre réponse, c’est qu’on pourrait remplacer arbitres et UCPB par syndicats et MEDEF et FFBB par gouvernement, ça serait strictement pareil. Le parallèle est étonnant – ou pas tant que ça, finalement…
    Quant à être râleur, si vous me connaissiez, vous ne diriez pas ça, je vous assure !😉

  5. Intéressant ce sujet, alors que les arbitres de foot ont semble-til perdu leur bras de fer.
    Qu’est-il advenu de cette « mise en demeure » de fin d’année 2010 ?
    Par ailleurs quelqu’un sait-il comment et combien sont rémunérés, ou défrayés, les arbitres des grands sports pros américains ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s