LNB : un équipementier unique ? Et pourquoi pas ?

Afin d’uniformiser au mieux les aspects visuels liés au basket professionnel français, la Ligue Nationale de Basketball met en place une charte graphique des maillots de Pro A et de Pro B (en plus des chartes graphiques liés au parquet et autres). Cette charte est à mon sens trop permissive et ne permet pas une valorisation optimale des produits Pro A et Pro B. Au contraire elle laisse la possibilité aux clubs de se doter de maillots non représentatifs de leur histoire, de leur valeur ou de leur philosophie. On peut même craindre que les maillots, tels qu’ils sont présentés aujourd’hui dans le basket français, soient néfastes pour l’image des clubs et de notre sport auprès du grand public mais également auprès des partenaires et sponsors.

C’est pour ces différentes raisons que j’avais proposé un article regroupant quelques propositions simples quant à une nouvelle charte graphique, orientée marketing. Aujourd’hui, je me pose la question suivante. Pourquoi ne pas opter pour un équipementier unique en Pro A et en Pro B ?

Entre la LNB et les clubs, les questions liées à l’équipementier sont souvent de vrais casse-têtes.

Aujourd’hui, la LNB n’a malheureusement que très peu de prise sur le rendu visuel des maillots de Pro A. Ce sont en effet les clubs qui décident plus ou moins de ce qui sera présent sur leur maillot et de combien de sponsors y seront affichés. C’est ainsi que depuis bientôt trois saisons, chaque club a le droit d’afficher deux sponsors principaux sur l’avant du maillot. Il y a à ce niveau une très nette régression par rapport au règlement précédent qui n’en autorisait qu’un seul. Les clubs ont eux-mêmes proposé et voté ce changement pour la raison suivante : « il est plus simple de trouver deux sponsors à 75 000 ou 125 000 euros plutôt qu’un seul à 200 000 ou 300 000 euros ».

De plus, plusieurs clubs ne respectent pas la charte en vigueur et affichent des sponsors sur l’arrière du short ou dépassant des zones autorisées. Lorsque des remontrances sont faites, le discours des dirigeants est toujours le même : « Si vous nous pénalisez pour ça, ce sponsor ne nous suivra plus l’an prochain et du coup notre budget sera moins important ». Côté club, on aime souvent faire culpabiliser la LNB en lui rappelant qu’elle n’a que peu de pouvoir vu les faibles revenus qu’elle redistribue.

Côté supporters, on se plaint souvent de l’esthétisme douteux des maillots des clubs. On regrette  également l’absence de merchandising ou de boutique dans certains clubs, la difficulté pour acheter certains maillots réplicas ou maillots officiels…

L’apparition d’un équipementier unique peut-elle aider à résoudre ces disfonctionnements ?

Ensembles, on est plus fort.

Les avantages d’un équipementier unique pour la LNB.

Gain de temps pour les clubs.

Les relations avec l’équipementier sont rarement une partie de plaisir pour les clubs de Pro A ou de Pro B. Les équipes pouvant jouer les matchs amicaux avec leur tenue officielle sont très rares. Et pourtant, ces matchs sont aussi l’occasion de mettre en valeur les sponsors puisqu’ils se déroulent dans une période creuse durant laquelle les fans sont assoiffés d’images et d’informations sur leur équipe fétiche. Un équipementier unique géré par la LNB permettrait aux clubs de connaitre longtemps à l’avance leur interlocuteur pour travailler en amont sur le maillot de la saison suivante. Il serait ainsi possible de présenter les futurs maillots durant l’été.

Uniformité des « dotations ».

La dotation ! Un sujet passionnant. Autant dans le football, les dotations fournies aux clubs sont longues comme un ticket de caisse d’une famille de 25 enfants, autant en basket, le ticket de caisse de l’enfant unique est une règle respectée, à contre cœur. Les dirigeants des clubs doivent très souvent se battre pour avoir une dotation digne d’un club de sport pro. Parfois même, ils doivent payer. Un équipementier unique permettrait d’uniformiser ces dotations. La LNB serait en charge de négocier en gros une dotation club et sa date de livraison. De cette manière, on peut sensiblement diminuer les soucis de gestion. Les clubs n’ont plus que les tailles à fournir ainsi que les patrons des maillots. Et chaque club est livré au même moment. On peut donc avoir des matchs amicaux et des photos sur lnb.fr avec de vrais équipements (et pas des maillots d’entrainements). L’image générale de la ligue et son sérieux n’en seront que mieux valorisés auprès du public et des sponsors.

Boutique en ligne LNB.

Aujourd’hui, lorsqu’on se rend sur le site de la ligue, impossible de trouver un lien pour accéder à une boutique regroupant toutes les tuniques des équipes engagées dans les championnats de France Pro A et Pro B. En négociant un partenariat avec un équipementier unique, il est envisageable de négocier la création d’une boutique unique en ligne avec tous les maillots disponibles à l’achat. Avec un seul équipementier, cela semble « jouable ». C’est intéressant pour la ligue qui peut en tirer des revenus sur un modèle de royalties. C’est intéressant pour l’équipementier qui s’adresse non plus à des fans d’un club en particulier mais à tous les fans de Pro A et de Pro B. Et enfin, c’est intéressant pour les clubs qui n’ont pas le même trafic sur leur site que le trafic de lnb.fr et qui, par conséquent, peuvent espérer toucher un marché potentiel plus important. Ces derniers pourront également faire des économies puisqu’ils n’auront pas à créer eux-mêmes une boutique en ligne mais ils pourront malgré tout en tirer les bénéfices (la boutique générale LNB pourrait ainsi être divisée en sous boutique club).

La négociation « en gros ».

Si les grossistes existent, c’est qu’il est toujours plus facile de négocier lorsqu’on achète en grandes quantités ou que l’on représente un très grand nombre de personnes. Un club se présentant devant Nike, Adidas, Reebok, Kipsta, Shemsy, Legea, Spalding ou autres, a moins de poids que la LNB. En effet, la LNB a un rayonnement national au niveau des medias et elle représente 34 clubs. Enfin, elle représente un sport sur un territoire national. Même si le basket n’est pas le football et que la LNB n’est pas la LFP, ce système de ligue « grossiste » ne peut avoir que des avantages pour discuter les yeux dans les yeux avec les équipementiers.

Partenariat financier.

Aujourd’hui, quels sont les clubs qui peuvent se targuer de signer un partenariat financier avec leur équipementier ? L’ASVEL avec Spalding. Peut-être le MSB avec Reebok et Roanne avec Converse. Paris avec Nike ? Allez, pour être généreux, c’est peut-être la moitié des clubs de Pro A mais les sommes ne sont qu’anecdotiques pour la plupart. Les autres clubs ne reçoivent rien et doivent même parfois acheter les dotations. Le manque d’attractivité et le manque de merchandising des clubs sont des freins importants au moment des négociations. Quand les dirigeants arrivent à obtenir des maillots et une dotation gratuite pour la saison, ils sont déjà très satisfaits. Toujours dans un esprit de « grossiste » la LNB peut se présenter sur la table des négociations avec des arguments qu’aucun club ne peut avancer. Elle peut imposer au club une « ligne » merchandising à respecter sur leur boutique officielle en ligne. Par exemple, des tee-shirts avec noms et numéros des joueurs, des lignes réplicas pour les maillots, des lignes officielles pour les équipements et pour les maillots, des polos, des casquettes… Elle peut enfin développer une gamme nouvelle : la gamme de produit LNB. Tous ces points additionnés peuvent permettre de négocier un partenariat financier avec un équipement avec plus de poids et d’arguments que ne peuvent le faire les clubs.

Les inconvénients d’un équipementier unique pour la LNB.

Trop d’uniformité.

Si les clubs ne font pas un travail sérieux sur leur capital marque et sur la définition et le respect de leur identité visuelle, l’option d’un équipementier unique peut nous amener vers des maillots qui se ressembleront tous. Mais à bien y réfléchir, cet inconvénient n’en est pas un puisqu’il pousse les clubs à se pencher sur des aspects primordiaux du marketing appliqué au sport professionnel.

Redistribution des bénéfices.

Si équipementier unique il y a et si accord financier il y a, certains clubs à forte notoriété comme l’ASVEL, Limoges ou Pau voudront peut-être que la part du gâteau qui leur sera reversée soit plus importante que celle des petits copains. Si ces clubs font vendre plus de maillots à l’équipement et lui offrent plus de visibilité sur le territoire, cela peut se comprendre. Malgré tout, dans une stratégie d’intérêt commun au basket français (un terme qui n’a jamais existé dans les têtes des dirigeants), une répartition égale est plus utile. Mais ce point est le plus ardu car jusqu’à présent, les clubs ont rarement fait preuve de bonne volonté pour défendre l’intérêt commun plutôt que son petit bout de gras.

Alors, à quand Nike fournisseur officiel de la LNB ?

Voilà pour les arguments. J’oublie certainement des avantages et des inconvénients alors n’hésitez pas à les ajouter.

PS : pour info, j’ai choisi une photo de David Beckham pour illustrer cet article car la Major League Soccer a signé cet été un contrat avec l’équipementier Adidas sur 8 ans à hauteur de 20 millions de dollars par saison. Les clubs de cette ligue auraient-ils pu réunir cette somme ? ‘en additionnant les montants de leur propres contrats d’équipementiers ?)


Bookmark and Share

9 réflexions sur “LNB : un équipementier unique ? Et pourquoi pas ?

  1. Ah, l’intérêt général… Ce terme a-t-il jamais eu un sens pour les présidents de clubs français ? Les supposés « gros » (parce que ce sont des nains au niveau européen) ont-il jamais compris que c’est en favorisant l’émergence du’une ligue forte, en mutualisant les idées et les moyens que le basket français avaient une chance de stopper sa chute libre ?

    La période actuelle me semble de ce point de vue tout à fait cruciale. Nouveau président de la FFBB (Siutat), nouveau président de la LNB à élire… La Fédération va-t-elle enfin laisser la LNB prendre en main son destin (droit télé notamment) ? Les présidents de clubs, via l’UCPB, vont-il enfin accepter de se plier à l’autorité d’un éventuel leader (Monclar, svp !!!) ?

    Beaucoup de questions, peu de réponses, mais il peut y avoir une lueur d’espoir au bout du tunnel. Je persiste à croire que la LNB a un formidable potentiel au niveau NATIONAL, et pas seulement local, mais pour cela, il faut que la FFBB et les présidents de clubs acceptent enfin de donner un vrai pouvoir et une vraie indépendance à la ligue (qui n’est pour l’heure qu’une coquille vide, sans d’autres salariés qu’une poignée d’administratifs). Si on manque ce virage là par contre (pour la énième fois de notre histoire), le basket ne sera plus officiellement que le 4e sport co français derrière le foot, le rugby et le hand.

  2. Oui, il faut espérer !

    Sinon, l’idée d’un équimentier unique me semble très bonne, les avantages paraissent bien plus nombreux que les inconvénients. Une telle initative renforcerait l’identité visuelle de la ligue, ce n’est pas du luxe, et permettrait aussi à la LNB de mieux contrôler le respect de sa charte graphique.

    J’ai jeté un oeil aux différents visuels de maillots dispos sur le site de la ligue, il y a des efforts, c’est clair, mais il reste beaucoup de boulot ! (Limoges et Pau par exemple… bof bof).

    De plus, on constate que de plus en plus de clubs se tournent vers de « petits » équimentiers (probablement faute de mieux) : Errea (HTV), Legea (Cholet), Kipsta (Gravelines), Macron (Orléans), Madsport (Pau)… Celui de Vichy, je n’ai même pas réussi à l’identifier. Loin de moi l’idée de condamncer a priori ces équimentiers, mais disons que niveau prestige, c’est assez moyen…

    Du coup, l’idée d’un équimentier unique prend tout sons sens, et c’est loin d’être un pis-aller. IL me semble que la NBA avait un contrat d’exclu avec Reebok pour ces maillots il y a quelques années, avant de casser ce monopole. Si tu as des infos à ce sujet…

  3. Intéressante cette perspective de se limiter qu’a un seul équipementier, on regroupe ainsi les forces autour d’un seul et même type de maillot, mais on élimine également cette grosse disparité entre les gros (Nike,Addidas,Reebok) et le reste (souvent médiocre comme ceux venant d’Italie)

    A choisir, j’aurais une nette préférence pour la marque under armour,très jeune et dynamique aux états unis, et dont le représentant au basket n’est autre que Brandon Jennings.

    Ils sont également connu pour divers innovations en matière de confort et de qualité de leur catalogue vestimentaire.Une bonne façon de marquer le début d’une nouvelle ère moderne pour le basket Français!

    Pour en savoir plus :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Under_Armour

  4. Sinon, la marque asiatique Li-Ning (le « Nike » chinois) est très impliquée dans le basket. Elle a signé pas mal de joueurs (Shaq !) et équipe les sélections espagnoles et argentines. Pas mal, c’est une marque qui monte vite, et qui n’est pas du tout implantée en France. Si la LNB allait frapper à leur porte, je suis convaincu qu’il y aurait moyen de faire quelque chose. Encore faut-il que nos chers dirigeants en aient l’idée…

    • C’est une possibilité en effet. Li-Ning tente notamment de percer aux USA via le basket. Après baron Davis et Hasheem Thabett, la marque chinoise vient de signer un contrat avec le rookie Evan Turner, attendu comme un joueur d’impact dès cette saison dans une ville qui représente, en plus, un gros marché aux USA : http://bleacherreport.com/articles/442998-is-li-ning-the-next-shoe-superpower-evan-turner-thinks-so
      Pour le cas de la LNB et de la possibilité de mettre en place un équipementier unique, comme toutes les autres marques de sport, Li-Ning peut être intéressé et intéressant même si je pense que leur ambition se tourne vers le sol US. Mais comme tu le dis, ça ne coute rien de prendre contact, au moins pour se rendre compte de ce qu’attend une marque de sport de cette envergure qui souhaite se développer à l’international.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s