L’Adecco ASVEL embarqué dans la navette Apollo du sport professionnel européen.

antony-thiodetOù va l’ASVEL ? Telle était la question posée en couverture du Basketnews du 1er mars 2007. En effet, l’annonce d’une vente ou d’une ouverture du capital du groupe Gone&Sports, propriétaire de l’ASVEL mais aussi du Grand Prix de Tennis de Lyon et du Marathon de Lyon a fait jazzer dans le milieu du basket français qui n’est pas toujours un fervent supporter des ambitions affichées par l’équipe dirigeante villeurbannaise. Ici et là, nombreux sont ceux qui ont profité de cette information pour monter au créneau et accuser leurs collègues lyonnais de vouloir, « une fois de plus »,faire du business et de l’argent sur le dos d’un club de sport professionnel sans se soucier du reste.

Alors, les Thiodet et Moretton sont-ils de simples opportunistes ayant flairé le jackpot financier pour s’en mettre plein les poches ou bien ont-ils vraiment l’intention de trouver de nouveaux partenaires afin d’avancer sur la voie qu’ils se sont tracés il y a plus de 5 ans lorsqu’ils ont repris le club ?

Peu importe en fait. Regardons plutôt ce qui risque de bientôt se passer. Intéressons-nous plutôt à ces investisseurs plus ou moins anonymes. Tentons plutôt de comprendre ce qui pourrait les motiver à investir dans un club professionnel qui évolue dans un sport peu médiatisé dans notre pays et qui est loin d’atteindre un niveau de compétitivité à toute épreuve en Europe. On nous parle du groupe américain AEG, constructeur de salles en NBA, de la société LG Events ou encore de l’Olympique Lyonnais ! Mais on parle encore plus du groupe Lagardère, nouveau grand manitou du sport hexagonal qui vient récemment de racheter Sportfive où justement, Gilles Moretton est le directeur. Mais qu’est-ce qui peut donc intéresser tout ce beau monde ?

Et bien pleins de choses en fait. Je m’explique. Antony Thiodet a une certitude : la NBA va débarquer en Europe d’ici 5 ans. Ce n’est pas pour rien si le bonhomme se déplace tous les ans pour le All Star Game ou pour visiter des clubs de la grande ligue US. Il le sait, il faut entretenir des liens avec ce réseau influent si Lyon veut être sur la future carte NBA du Vieux Continent. L’étape asvelienne du premier NBA Europe Live Tour était déjà un pas de géant dans l’atteinte des objectifs du direx lyonnais.

Essar Gabriel, le cauchemar de Thiodet.

Mais… mais cet été un petit souci est venu précipiter quelque peu les plans de nos visionnaires. Le club de basket parisien, le Paris Basket Racing, a été racheté par un certain Gabriel Essar. Pas un fou. Le gusse était sur le front lors de la candidature parisienne à l’organisation des JO 2012. Il gérait le groupe d’investisseurs privés. Il a donc des contacts mais aussi une certaine idée de l’évolution du sport sur notre continent. Une idée qui est proche, même très proche des idées de nos compères de Gones&Sports. Alors, me direz-vous, Moretton et Thiodet ont dû être assez soulagés par cette arrivée dans le basket français. Ils doivent se réjouir d’avoir enfin quelqu’un qui est apte à aller dans le même sens qu’eux ? Et bien oui et non. Oui car ils sont enfin écoutés et compris par un de leurs collègues. Et non car ce collègue-là risque d’être un peu trop envahissant. Il risque d’être gênant. Les responsables villeurbannais le savent. Si la NBA s’installe en France, Paris aura les faveurs de David Stern, le grand patron ricain. Car Paris, c’est Paris. On peut vendre une équipe dans notre capitale rien que sur le nom et la réputation de la ville dans le monde entier. Un atout, un vrai. Une chance que n’a pas Lyon. Pour le moment, les dirigeants villeurbannais ont de l’avance tant le chantier parisien est immense et n’en est encore qu’à ses débuts. Mais si le club lyonnais ne fait rien pour avancer encore plus vite et pour être prêt avant tout le monde tout en étant capable de garder son avantage face à la concurrence parisienne, Thiodet sait très bien qu’il se fera damner le pion par la capitale française et qu’à l’heure de choisir où implanter une franchise NBA en France, les pontes de la National Basketball Association auront vite fait de faire leur choix si le club parisien se porte candidat. C’est pour ça qu’il est grand temps de passer la seconde pour l’ASVEL.

Pas si dur que ça de trouver des partenaires…

Alors c’est simple à dire, de passer la seconde ! Mais est-ce aussi facile que ça à faire ? Car à l’heure actuelle, l’ASVEL se débrouille un peu toute seule avec les moyens du bord. Elle donne le maximum et est bien incapable d’en faire plus et plus vite de surcroît. Il faut donc aller chercher ailleurs de l’aide. Faire venir de nouveaux investisseurs. Pas très simple quand on croise dans le championnat de France de basket qui n’intéresse pas grand monde ! Et bien détrompez-vous. S’il est vrai que la Pro A et le basket en général ne passionnent que peu les français et les médias généralistes voire même sportifs, il aiguise, par contre, la curiosité de nombreux investisseurs. Vous pensez sûrement que je suis totalement fou et vous n’êtes pas si loin de la vérité. Mais sur ce point précis la folie n’a pas lieu d’être. Qu’est-ce qui peut intéresser le groupe Lagardère ? Ou encore, plus curieux, l’Olympique Lyonnais ? Je vais prendre le cas du club de Monsieur Aulas pour expliquer ma pensée.

Aulas au « secours » de l’ASVEL.

L’OL va investir dans l’ASVEL pour une simple et bonne raison : c’est dans son intérêt que l’Adecco ASVEL aille au bout de ses idées. L’ASVEL croit en une chose, l’arrivée de la NBA en Europe et compte bien y participer en devenant la première franchise française. Qui dit NBA dit ligue de sport professionnel fermée. Pas de montée ni de descente. Un vrai gage de sécurité pour les investisseurs et les annonceurs. Le rêve de nombreux dirigeants de clubs de sport européens. Et notamment des dirigeants du très riche et très influent G14. Ce groupe de clubs de football européens qui réunit les plus riches : Manchester United, Milan AC, Real Madrid et… Olympique Lyonnais. On le sait, le G14 n’a qu’une seule idée en tête : ne plus traiter avec l’UEFA pour l’organisation des compétitions de clubs mais créer une compétition fermée réunissant essentiellement les clubs les plus riches d’Europe. Et on sait aussi que cette idée fait couler beaucoup d’ancre et grincer énormément de dents dans le milieu du ballon rond qui voit dans ces velléités la mort du football et de ses valeurs. Et pour le moment, Aulas et ses compagnons de jeu ne font pas encore le poids face à l’opinion public et face à l’UEFA. Malgré leur importance, l’instance dirigeante du football européen se refuse à, ne serait-ce que débattre sur la question. Alors contre fortune bon cœur, Monsieur Aulas a vu tout l’intérêt du projet villeurbannais pour ses propres ambitions. On le sait, le basket a toujours eu un temps d’avance sur ces concurrents européens en termes d’organisation des compétitions. Notre Euroleague est en effet déjà gérée par une instance privée, indépendante de la FIBA Europe. Le clash a eu lieu au début des années 2000 et c’est l’ULEB qui a remporté la victoire face à son concurrent institutionnel. Et aujourd’hui, l’Euroleague, la Champions League du basket, est déjà une ligue semi fermée. Certains clubs y figurent en effet pour 3 ans sans que leurs résultats en championnat national ne viennent influencer leur participation on non à la compétition rêne. Mais ça ne suffit toujours pas à donner du crédit aux espérances des richissimes clubs de football. L’arrivée en Europe de la NBA avec un système de franchises et une ligue de sport totalement fermée serait, par contre, un joli coup de pouce pour nos amis footeux. Si ce système fonctionne, ils pourront ainsi avancer de nouveaux arguments pour faire aboutir leurs idées. L’ASVEL est donc une sorte de laboratoire vivant pour Michel Aulas. Si Thiodet et Moretton réussissent à aller au bout de leur projet, c’est tout le G14 qui pourra en récolter les fruits.

Un investissement en Recherche & Développement.

Voilà, pour résumer, on peut dire que les futures partenaires de l’Adecco ASVEL vont placer leurs billes dans le club villeurbannais comme d’autres entreprises investissent dans leur service R&D. Thiodet se retrouve donc aux commandes de la navette Apollo du sport professionnel européen afin de découvrir et d’explorer de nouvelles contrées encore inconnues en vue d’y implanter, dans le futur, toute une partie de notre humanité sportive professionnelle, la partie la plus riche bien entendu !

Ad Vitam Basketball

10 réflexions sur “L’Adecco ASVEL embarqué dans la navette Apollo du sport professionnel européen.

  1. « Une petite question aussi: qu’est ce que vous voulez dire quand vous dites la NBA debarquera en europe ? » La NBA voudrait (conditionnel) implanter une franchies en Europe.

    Sinon, rappelons quand meme que tout cela n’est que projet … De plus, l’Europe est vaste et bien d’autres villes européennes possèdent des atouts supérieurs à ceux Paris ou Lyon …

  2. Non Palau, je n’ai pas arrêté le blog mais ma situation professionnelle me laisse de moins en moins de temps pour publier des articles. sachant que je suis assez laborieux quant à l’écriture de mes posts, la mise à jour de Ad Vitam Basketball me demnade un certain temps que je n’arrive plus vraiment à trouver aujourd’hui. Mais je compte bien réussir à mle dégéger un peu de temps libre pour de nouveau écrire sur mon sport et ma passion. En tous cas merci beaucoup pour ta fidélité et rien que pour mes lecteurs, j’ai envie de ré-écrire. J’arrive encore à tenir une certaine veille sur le milieu du sport professionnel et du marketing mais c’est le temps pour analyser qui me manque.
    MAis promis, Ad Vitam Basketball sera bientôt de nouveau alimenté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s