Réunion Tupperware pour le basket européen

euro-market.jpgLundi 5 février 2007, Euroleague Basketball a convié les équipes évoluant en Euroleague et en ULEB Cup à une petite réunion de deux jours à Barcelone. Pour cette 5ème édition des « Marketing workshop days », les 48 clubs européens s’affrontant chaque semaine sur les parquets se sont réunis afin de profiter des conseils prodigués par les représentants de l’entité européenne qui régit le basket de haut niveau sur le vieux continent. A l’ordre du jour : des tables rondes pour débattre des avantages et des inconvénients de différentes stratégies de marketing et de communication.

Les séances se sont donc ouvertes le 5 février avec une intervention d’Ana Argote de Carat Sport, qui a exposé les différentes mesures d’évaluation du retour sur investissement du sponsoring sportif mises en place par sa société. Les 49 représentants d’équipes ou de ligues ont ensuite pu discuter des packages sponsors qui pouvaient être proposés par les départements marketing des clubs à leurs clients. Dans l’après midi, c’est Pedro Galvan, directeur des ventes marketing et sponsors pour l’Euroleague, qui a pris la parole afin de proposer à l’assistance plusieurs politiques de fidélisation clients, capables de maintenir ou d’augmenter l’attachement des partenaires et des supporters des clubs.

La journée du mardi fût, elle, consacrée à l’étude de deux cas pratiques portant sur le « ticketing ». C’est tout d’abord José Carlos Gaspar, directeur marketing du dernier champion d’Espagne (l’Unicaja Malaga), qui est venu présenter la politique billetterie qui a permis à son club de passer de 1500 abonnés à 8500 sans que ceci soit rattaché à une progression sensible des résultats sportifs de son équipe sur le parquet. Michaela Fesl, du département événements de la BBL (ligue allemande) a poursuivi la journée afin d’expliquer les différentes actions promotionnelles mises en place pour le dernier Final Four allemand organisé à Hambourg.

Le tout se clôtura par une intervention de Jordi Bertomeu, « Monsieur Euroleague », qui a tenu une discussion ouverte, avec les dirigeants ayant fait le déplacement, sur le sujet des statuts du projet d’expansion de la ligue.

On le voit, l’Euroleague tient à se développer et elle sait très bien qu’elle ne pourra pas le faire toute seule. D’où l’importance et la nécessité de ses réunions qui nous font légèrement penser aux colloques organisés par les grands groupes… franchisés (oui, j’ai une petite idée derrière la tête qui n’est pas si petite que ça d’ailleurs). Des colloques où la maison mère réunit sa force de vente pour lui prodiguer la bonne parole et la bonne façon de faire de l’argent et du résultat. Des séances capitales pour ses sociétés qui sont dépendantes des résultats affichés par leurs petites mains, leurs franchisés. Des réunions qui tendent à imposer une façon uniforme pour vendre le produit labélisé. Souvenez-vous de vos mères qui allaient à ces petites concentrations féminines et qui en revenaient toutes regonflées pour aller chez les voisines tous les soirs de la semaine, prêcher la bonne parole de ses ustensiles domestiques si utiles : les Tupperware…

Ad Vitam Basketball

PS : si l’on sait que l’ASVEL était une élève assidue de ces rendez-vous barcelonais, on ne sait pas, par contre, si durant ce début février 2007, nos amis palois, manceaux, nancéens, strasbourgeois ainsi que nos dirigeants de la LNB avaient pris l’avion pour assister aux cours magistraux et autres TP administrés par la ligue européenne… Si oui, on a hâte de voir les résultats.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s